It’s just me, my self, and I


pillow talk / vendredi, avril 8th, 2016

Salut mes chipies, comme ça fait un petit moment que je n’ai pas écrit sur mon blog.

Je ne suis pas le genre de fille à trouver des excuses mais j’ai vécu quelques péripéties, c’était un peu lourd sur le coup mais bon.

Je voulais faire un peu cet article retour dans la blogosphère, car la blogosphère m’a manqué… Vous parler, partager avec vous et vous écrire m’a manqué!

Je suis dans une période assez spéciale, d’où le titre de mon article… Ca va parler sentimental, mais je vous rassure, il ne s’agit rien de négatif loin de là. Je crois qu’il s’agit d’une des périodes les plus apaisantes que j’ai eu l’occasion de vivre.

Je pense que plusieurs d’entres vous pourront s’identifier à ce genre de situations.

Je suis dans ce qu’on appelle une période d’acceptation de moi même. Une période où j’ai appris à vivre sans forcement avoir quelqu’un en tête, sans prise de tête.

Quand on a vécu avec une personne dans le coeur pendant une longue période et dés que ça s’est fini on essaye de bricoler le parfait chéri pour juste remplir ce manque, ou plutôt cette peur qu’on a toutes de finir toutes seules, du coup on prend tout ce qui passe. On recycle…on recycle… et on re recycle! On se développe une meilleure idée sur ce que l’on veut, ou de ce que l’on cherche chez la personne avec qui on voudra partager notre vie. Mais à la fin on finit avec un patchwork de bouts de personnes, bouts de personnalités.

Et on se dit que si on pouvait rassembler ce puzzle de personnes on aura enfin ce qu’on veut. Mais c’est la où on se trompe, ce n’est pas en cherchant à changer les gens qu’on se bricole ce fameux chéri.

Puis on retourne cette question vers nous même. On se dit: et moi suis je la femme bricolée parfaite pour quelqu’un quelque part?

Peut être oui, peut être non! Et on se rend compte qu’on a été égoïstes de vouloir changer les gens car on ne supportait pas ce qu’ils représentent, au fond c’est nous même qu’on ne supporte plus. On baisse les bras, on ne cherche plus.

La période néon est assez dure, on avance sans personne dans la tête. On se rend compte qu’on a un peu forcé à vouloir avoir absolument quelqu’un en tête, alors qu’on a finit juste avec un tableau de chasse bien rempli mais qui sert à rien. Ce fût seulement une belle perte de temps mélangée avec un brin d’égoïsme, car on en a brisé des coeurs et qu’on a pas été toujours correctes avec ces personnes même si elles ne nous plaisaient pas forcement, elles méritaient mieux.

Mais bon ces choses restent entre Me, My self and I.

On se rend compte de tout ça quand on se pose au calme, toutes seules, sans avoir peur de cette solitude.

On respire, on se sent libre de ressentir ce qu’on veut ressentir. On est à l’écoute de nous même, de nos vrais besoins. Par ce qu’ici on parle de vrais besoins et non de ceux qu’on cherchait absolument à trouver coûte que coûte, en ayant comme des œillères autour des yeux.

On se concentre sur nous même, car oui avant d’apprendre à aimer une personne il faut s’aimer soi même. Travailler sur la personne qui sera là du début jusqu’à la fin. Je parle de cette personne qui nous a supporter dans nos pires et meilleurs états, qui nous a soutenu dans nos périodes les plus sombres. Je parle de notre PROPRE PERSONNE!

On observe de loin sans s’en mettre plein les mains. On voit ce qui pourrait nous convenir sans cette pression exercée par la peur de mourir seule dans un appartement infesté de chats.
12969208_1753938871504443_146757976_n
Le message que je veux vous faire passer mes chipies, c’est que vous méritez la perle des perles, mais pour la décrocher, il faut être soi même une perle. Et pour le devenir, il faut y croire, secrète soi même comme une perle.

On est que ce que l’on reflète, et si on le reflète assez on réussira même à y croire nous même.

You need to build your own self confidence and always try to love yourself.

Je vous aime émoticône heart

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réponse à « It’s just me, my self, and I »

Laisser un commentaire